Le silicium organique

Note importante : les textes d’information présentés sur ce site n’ont aucune prétention à caractère médical ou thérapeutique. Les données exposées sur ce site visent à informer les consommateurs de la façon la plus claire possible sur les utilisations d’un produit dont les bienfaits pour le bien-être sont désormais très connus, et ce, à partir des témoignages d'utilisateurs, de scientifiques et de médecins. Bien que ce produit ne présente aucune toxicité, nous ne sommes pas responsables d'un usage du G5 qui aurait été prescrit par un médecin pour une raison autre qu'une complémentation nutritionnelle.Ces textes ont été élaborés à partir de plusieurs sources, dont des écrits de l’inventeur du G5, M. Loïc Le Ribault.

Silicium, minéral ou organique ?

Deux types de silicium existent dans la nature : le silicium minéral et le silicium organique.

Le silicium minéral est le principal constituant de l'écorce terrestre (27,80% en poids) après l'oxygène (46,60%). On le trouve sous forme amorphe ou cristalline dans de nombreuses roches telles que les granites, les sables, les argiles, etc.

Dans sa forme la plus simple, il est composé d'un atome de silicium et de deux atomes d'oxygène (Si02).

Le silicium organique (organo-silicié dans la famille duquel on trouve les silanols, silane-diols et silane-triols ) se différencie du précédent par la présence d'un (ou de plusieurs) atome(s) de carbone associé(s) à de l'hydrogène. Sous cette forme, c'est un des éléments essentiels de la matière vivante, comme le prouvent les dosages effectués aussi bien chez les plantes et les animaux que chez l'homme. Dans le corps de ce dernier, on en trouve notamment une quantité importante dans les tissus conjonctifs, les cartilages, le thymus, les parois vasculaires, les surrénales, le foie, la rate, le pancréas, etc.


Le capital Silicium Organique

L'être humain naît avec un « capital » de silicium organique qui va jouer un rôle fondamental dans la constitution, l'équilibre et la défense de son organisme.

Mais ce « capital » diminue inexorablement avec le vieillissement : on considère que l'homme perd graduellement 80% de celui-ci entre la maturité sexuelle et la fin de sa vie, ce qui provoque l'affaiblissement de son système immunitaire et la dégénérescence de ses cellules. Ce phénomène est irréversible, car l'être humain est incapable de transformer le silicium minéral qu'il ingère (aliments, boissons) en silicium organique, et le silicium minéral (sous quelque forme qu'il soit, y compris la silice colloïdale) n'est pas assimilable ; il peut même être toxique à haute dose.

Jusqu'alors, il n'existait donc aucune possibilité de recharger l'organisme en silicium organique.


Le travail mystérieux des micro-organismes

Contrairement à l'Homme, de nombreux micro-organismes et plantes (Diatomées, Radiolaires, champignons, etc.) sont capables, par des processus non (ou mal) expliqués à ce jour, d'effectuer la transformation du silicium minéral en silicium organique et d'assimiler ce dernier qu'ils fabriquent à partir du silicium minéral hydraté originel pour s'en nourrir.

Mais l'homme n'a pas cette capacité...

Maladie d'Alzheimer : le surprenant rôle du silicium, par le Dr Yves Baccichetti, paru dans Meilleure Santé de février-mars 2011.